L’annee du doute je la continuerais, si j’ai le courage, l’annee prochaine.

L’annee du doute je la continuerais, si j’ai le courage, l’annee prochaine.
.

Neanmoins, en attendant J’me lance dans un sujet porteur.

En outre dorenavant que Mickael Jacksonne est decede, on se dit que l’integralite des themes vont i?tre inconsistants. Mais deux internautes paraissent arrives sur notre site avec chacun une requete attrayante qui meritent reflexion.

Voyons de quoi il retourne et entrons dans le vif du theme.

Requete 1 : – la penetration anale fera elle grossir des fesses ?

Tout peut dependre de quel cote on reste !

Pour l’actif (celui ou celle qui penetre), tout depend de l’etat des fesses. Mais les mouvements de vas et vients auraient plutot tendance a developper des muscles de fesses et a en faire fondre la graisse. C’est donc une question de quantite de gras concernant le popotin. Plus t’en as (de ce muscle) plus t’en perds (du gras).

Mais une idee sotte et grenue me dit que cette question en delicatesse concernait surtout le passif (celui ou celle qui reste penetre). Ne dit-on nullement ‘en avoir plein le Q’ ? Cela sous-entend qu’il reste plein (de quoi vous le remplissez ne regarde que vous) (non je ne veux gui?re savoir).S’il est plein il va parfois deborder. (más…)

Leer más

Trouver la juste distance reste, Afin de les meres comme pour les meufs, une tache difficile.

Trouver la juste distance reste, Afin de les meres comme pour les meufs, une tache difficile.

Elle l’est d’autant plus a une epoque qui encourage la fusion. Et menace leurs identites respectives. Explications et astuces pour sortir du «je t’epouse, moi non plus».

On va pouvoir se rejouir que la realite soit quelquefois « moins pire » que au sein des contes de fees ou, de Blanche-Neige a Cendrillon, les meufs ne rencontrent de l’imago maternelle que le cote obscur, mechantes reines et vilaines maratres. Dans la belle vie, heureusement, meres et filles entretiennent, dans l’ensemble, de bien meilleures relations qu’autrefois, moins dures, moins distantes. Neanmoins, leur plus grande complicite, idealisee par des pubs dans lesquelles elles apparaissent quasi jumelles, n’est gui?re sans poser de nouvelles difficultes. La psychologue Sonia Prades 1 constate dans sa pratique les complications engendrees par le phenomene grandissant en « maman copine », favorise par la multiplication des familles monoparentales, l’effacement du pere, le jeunisme ambiant. Autant d’elements qui sapent progressivement la barriere entre les generations et font le lit de relations fusionnelles, source de confusion Afin de leurs identites respectives. (más…)

Leer más